Voyages hors des sentiers battus

samedi 31 décembre 2011

Posted by . In | No comments
benin - Toutes les maisons sont de petits châteaux forts
Photo: Journal de Montréal
Le tata touristique situé près de Boukoumbé comprend trois chambres.
Dans la région de l’Atakora, au nord-ouest du Bénin, toutes les maisons disséminées à travers la campagne sont de véritables petits châteaux forts. On les appelle des tatas sombas.

Il faut préciser que le terme tata servant à désigner ce type de construction a été créé et répandu par les colonisateurs français qui avaient dû mal comprendre la langue, tout comme celui de somba pour qualifier l’ethnie occupant cette région située à 700 km de Cotonou, non loin de la frontière du Togo.

Le groupe ethnique s’appelle plutôt Bétammaribé et a migré jadis du Burkina Faso, situé non loin de là au nord.

Pour protéger de leurs ennemis autant leurs personnes que leurs biens, ils conçurent un étonnant habitat fortifié à étage, plus ou moins vaste selon l’importance du clan familial.

Les murs sont en banco, mélange de terre argileuse et de matière végétale, et les structures, en troncs d’arbre.
Sécurité
Une seule ouverture permet d’accéder à la maison. Elle donne sur le rez-de-chaussée, espace servant à abriter le bétail, la nuit venue, et à ranger les instruments agraires. De part et d’autre de la porte de l’habitation, de petits autels en argile sont dressés à l’intention des esprits des ancêtres et des divinités.

Régulièrement, on y dépose de la nourriture en guise d’offrandes. Au Bénin, quelle que soit leur religion officiellement déclarée (chrétienne ou musulmane), la grande majorité des habitants continue en effet de pratiquer l’animisme.

Une échelle constituée d’un simple tronc d’arbre, finissant en fourche pour mieux adhérer à la paroi d’argile et dans lequel on a taillé des encoches, représente le seul moyen d’accéder à l’étage par l’unique trappe percée dans le plancher.

La partie supérieure du tata somba est aménagée pour pouvoir vivre en toute autarcie.

Greniers et chambres
Les tourelles qui surmontent le mur d’enceinte ont deux usages. La toiture de chaume amovible de celles qui sont dotées d’un crochet de bois permet d’identifier les greniers à sorgho, milet fonio, les trois céréales cultivées sous ce climat où les pluies sont rares.

Les autres tours, au toit fixe, sont Autant de chambres à coucher auxquelles on accède en se couchant pour Franchir l’étroite ouverture. À même la terrasse, la cuisine, à l’air libre, est constituée d’un foyer, de simples monticules de terre cuite entre lesquels on place les chaudrons.

Jadis, en cas de menace signalée dans Les parages, le clan familial se réfugiait à l’étage du tata, d’où il pouvait surveiller les alentours et éventuellement se défendre à l’aide d’arcs et de flèches.

Dans toute la région, les familles Rurales continuent d’habiter ce genre d’habitation. Comme l’exode vers la métropole béninoise ou vers l’étranger a également frappé la région de l’Atakora, on y observe plusieurs tatas à l’abandon.

Par contre, des émigrés auxquels la vie a souri se démarquent également en faisant construire dans leur village natal Des habitations aux allures de châteaux Forts sombas à base de matériaux modernes.





Repères
  • Natitingou, capitale régionale de l’Atakora, se trouve à 650 kilomètres au nord de Cotonou.
  • Autocars réguliers quotidiens. Durée du trajet: environ 6 heures. Coût: 7500 francs CFA (15$) l’aller. Réservation de places disponible à l’avance.
  • L’hôtel de Porto-Novo que je conseillais la semaine dernière s’appelle Beaurivage (et non Bellevue). Désolé pour le lapsus.
  • Un hôtel correct et abordable à Natitingou: le Bellevue.
  • En pays somba, entre Natitingou et Boukoumbé, il est possible de visiter des tatas sombas, moyennant un «cadeau».
  • Pour planifier un séjour en pays somba: Éric Djoua, guide touristique: ericas@hotmail.fr, 011 (229) 97-08-74-69 ou 90-08-14-85.
  • Coût du séjour en tata-auberge: 21000 francs CFA (40$) pour trois, nuitée, souper, boissons et petit déjeuner compris. Information: Cyriaque N’Dah, 90-10-41-28 ou 90-98-02-91.
  • Se rendre à Cotonou (Bénin): Royal Air Maroc, au départ de Montréal via Casablanca.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site