Voyages hors des sentiers battus

samedi 31 décembre 2011

Posted by . In | No comments
guatemala - Chichicastenango, entre passé et présent
Les hautes terres de l’Ouest du Guatemala sont occupées par les Mayas depuis plus de 3 000 ans. De nos jours, cet altiplano (haut plateau) reste incontestablement la «terre indigène» par excellence du pays. Les 500 ans écoulés depuis la conquête espagnole se sont caractérisés par une résistance culturelle exceptionnelle, et de nos jours les «Mayas contemporains» ont conservé de nombreux traits culturels légués par des ancêtres dont la créativité dépasse souvent l’entendement de notre civilisation judéo-chrétienne.

ATTRAITS

Située à 17 km au nord de Los Encuentros et à 146 km de la capitale, Guatemala Ciudad, la municipalité de Santo Tomás Chichicastenango (communément appelée Chichi) est certainement la ville la plus visitée des hautes terres du Guatemala. Célèbre pour son marché, elle offre une atmosphère religieuse où rites catholiques et mayas s’entremêlent. Malgré l’afflux de touristes, Chichi demeure un des endroits les plus caractéristiques du pays, et sa visite, surtout un jour de marché le jeudi ou le dimanche, est à ne pas manquer.

Visite du site
Les étals de marchandises artisanales qui rassemblent un échantillonnage substantiel de la production du pays cachent bien le marché indigène, le tiangui, qui se tient au milieu de la Plaza Central autour de la fontaine. Il faut arriver la veille du jour de marché pour apprécier le spectacle qu’offrent les marchands itinérants installant leurs marchandises dans des abris «temporaires» et les familles venues des villages environnants échanger leurs produits. On vient de très loin tout en portant d’énormes charges sur le dos selon le vieux système précolombien du portage, le front ceint d’un bandeau de cuir (mecapal) sur lequel sont fixées deux cordes supportant la charge portée dans une hotte (cacaxte).
Au marché de la Plaza Central, vous trouverez des marchands vendant les beaux huipiles du triangle Ixil, les masques en bois et la poterie des villages du nord, mais, pour des prix plus bas, vous devez vous rendre dans les villages du Quiché.

Le premier étage du Centro Comercial, situé au nord de la Plaza Central, constitue un bon poste d’observation. Il faut savoir que la Plaza Central se libère de ses affreux étals avec leur toit de tôle ou de plastique qu’une seule semaine au cours de l’année, soit lors de la fête de Santo Tomás. Le haut poteau planté au milieu du marché est utilisé par les voltigeurs de la danse Palo Volador.

Les femmes portent la jupe à rayures longitudinales, une large bande rouge transversale à hauteur des hanches et la ceinture brodée de fleurs de couleur reliant la jupe et le huipil à la taille. Les vêtements de couleur identifient le village des propriétaires.

L’Iglesia Santo Tomás édifiée par les dominicains en 1540 sur l'emplacement d'un temple préhispanique, s'élève au sud-est de la place. Les cérémonies religieuses tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'église sont un mélange de catholicisme et de religion ancienne, et éclipsent l'intérêt architectural et artistique du bâtiment. Le grand escalier recouvre un ancien lieu de culte, et des prêtres mayas brûlent l'encens sur le petit autel installé à sa base.

Devant la porte, d'autres chuchkajau (assistants des prêtres) balancent de petits encensoirs. Les lieux sont sacrés, et, par respect, on pénètre dans l’église par les portes de côté. À l’intérieur, les rites de l’ancienne religion maya qui se déroulent remplacent ceux du curé, qui n’est maître que pour la durée des offices, généralement en espagnol et en k’iche’. Après avoir présenté les offrandes au pied du maître-autel, les familles, accompagnées par le prêtre indigène, les disposent sur les autels placés le long de l’allée centrale. Avec les offrandes (pétales de roses, bougies, alcool, maïs et autres), le prêtre, un genou au sol, s’adresse à haute voix aux divinités et énonce les réclamations de la famille.

La chapelle El Calvario, qui se trouve au sud-ouest de la Plaza Central, est réservée à la population maya, et vous ne pourrez y pénétrer que si vous êtes invité par un membre de la communauté.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site