Voyages hors des sentiers battus

samedi 31 décembre 2011

Posted by . In | No comments
costa rica - Costa Rica: le cracheur de feu
Le volcan Arenal, au Costa Rica.
Actif, il ne cesse de cracher de la lave. Par intermittence, un nuage épais s’en échappe vers le ciel. Le jour, des cendres dévalent ses versants. La nuit, la coulée incandescente est bien visible sur certains versants de l’Arenal. Parmi les nombreux volcans que recèle cette partie centre-nord-ouest du Costa Rica, l’Arenal est le seul à demeurer en activité. De ses trois cratères s’échappent des fumerolles.
Il y a près de 40 ans, lorsque l’Arenal s’est réveillé, la coulée de lave surprit les habitants de trois villages environnants, et 78 personnes perdirent la vie.
Aux premières loges
Où que l’on se place, aux abords du lac artificiel qui porte son nom, dans les localités avoisinantes, dans les sentiers suspendus des zones protégées des alentours, l’ombre de l’Arenal est toujours présente.
Autant le versant nord-est est couvert de verdure, autant le versant opposé est grisâtre et nu, continuellement alimenté qu’il est en cendres provenant du magma en fusion dans le foyer du volcan.
L’Arenal, haut de 1633 m, domine toute la région où il exerce sa force d’attraction. Les auberges et les hôtels ont été conçus pour offrir la meilleure vue possible sur le volcan.
Quand ce ne sont pas les chambres qui donnent sur le volcan, de vastes balcons permettent en tout temps d’observer le phénomène volcanique. On peut s’y installer durant la nuit et s’y faire servir le petit déjeuner au petit matin. Sur le pourtour de l’Arenal coulent des ruisseaux, les uns aux eaux cristallines et froides, les autres aux eaux troubles et chaudes. On peut évidemment profiter, même à ciel ouvert, de ces bains thermaux.
Certains randonneurs audacieux se hasardent sur les versants du volcan. Une zone de sécurité a été définie.
Il y a quelques années, pour ne pas l’avoir respectée, un petit groupe de touristes a été surpris par une avalanche de roches et de cendres encore actives. Le guide, brûlé au troisième degré, est décédé peu après.
Poas, spectaculaire cratère
Au centre du Costa Rica, non loin de l’aéroport de San José, la capitale, le Poas trône à 2708m. Il se situe au coeur du parc national qui porte son nom et qui couvre quelque 6500 hectares.
Un chemin piétonnier mène à la terrasse d’observation aménagée sur le bord immédiat du cratère. Par temps dégagé, celui-ci apparaît béant sur 1500mètres de large.
Des fumerolles se dégagent en permanence du fond du cratère, où un petit étang d’eau grisâtre s’est formé.
Signe que tout danger n’est pas écarté, des gardiens tiennent les visiteurs à l’oeil, tandis qu’une ambulance est prête à évacuer tout personne éventuellement intoxiquée par des émanations sulfureuses.
Ce jour-là du mois d’avril—juste quelques heures avant de prendre l’avion de retour —, le ciel était bleu et la vue, parfaitement dégagée.
Tout contribuait à mettre en relief chaque détail des abords très intrigants du volcan, autant les accumulations de lave refroidie que la généreuse nature qui envahit les alentours, profitant d’un sol très riche.
On dit du territoire du parc national du volcan Poas qu’il est attrayant du fait de la présence de geysers et de lacs. De plus, en contrebas du volcan, sur les terres depuis longtemps enrichies par l’activité volcanique sont établies des plantations de café où le visiteur est accueilli les bras ouverts.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site