Voyages hors des sentiers battus

samedi 31 décembre 2011

Posted by . In | No comments
Costa Rica - En safari au Costa Rica
© Paul Simier
Des crocodiles… en liberté, hors de parc naturel.
Jour après jour, une semaine durant, je suis parti en safari dans les alentours de Puntarenas, au centre de la côte Pacifique, où j’avais posé ma valise. Cette partie du littoral abrite nombre de réserves et de parcs naturels, les uns publics, les autres privés, qui se prêtent à la découverte de l’exceptionnelle biodiversité qui caractérise le Costa Rica. Qu’il s’agisse de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’insectes, de fleurs, de plantes, d’arbres, cette zone s’avère extrêmement riche.
Le mangrove
En face de Puntarenas, dans l’estuaire du fleuve descendant de la cordillera de Tilaran, s’étend l’une des plus vastes mangroves du pays. Des canaux permettent de pénétrer aisément dans cet enchevêtrement de palétuviers et de mangles, végétation caractéristique de ce type de milieu naturel aux eaux saumâtres.
Abri pour les poissons qui viennent s’y reproduire, la mangrove constitue également un milieu que privilégient quantité d’espèces d’oiseaux. La colonie de spatules roses, en particulier, y est facile à observer.
Des clans de singes-écureuils, l’une des quatre espèces de singes recensées au Costa Rica, ont également élu domicile dans la mangrove.
Le Parc national Carara
Dans le Parc national Carara, la forêt primaire occupe toujours le terrain. Les sentiers aménagés facilitent l’accès à des échantillons de ce que peut receler la forêt humide. On y a recensé 400 espèces d’oiseaux. L’agouti, sorte de gros rat aux pattes arrière de lièvre, court dans le sous-bois. À un détour du sentier, Marcel, notre guide, nous a arrêtés le temps d’observer de très près l’accouplement d’un groupe de serpents, paraît-il très venimeux.
Non loin du Parc national, un parc privé s’est doté d’un téléphérique qui permet de survoler la zone en se hissant jusqu’au faîte des arbres. C’est spectaculaire, mais le moment idéal serait la période de la floraison des arbres hauts de plusieurs dizaines de mètres. Complétant cet attrait, le domaine possède un serpentarium renfermant de superbes spécimens choisis parmi les 137 espèces recensées dans le pays.
Parmi les espèces qu’abrite le petit jardin botanique figurent le noni (très courant en Polynésie), dont le fruit est employé dans l’industrie alimentaire, et le roucou, dont le fruit fournit une substance dont les Amérindiens se servaient pour se protéger la peau des insectes et du soleil, et que l’on utilise aujourd’hui comme colorant alimentaire.
Le Rancho Humo
Sur la rive droite du fleuve Tampisque, à l’entrée de la province de Guanacaste, s’étend sur 50 000 acres une réserve naturelle privée. On parcourt la vaste zone humide du Rancho Humo à bord de véhicules tout terrain adaptés pour l’observation.
Le terrain est entretenu de façon à favoriser la repousse de la flore sauvage propre à ce milieu. Le but est de favoriser cet habitat que choisissent un grand nombre d’espèces d’oiseaux, et en particulier le jabiru, le grand échassier blanc à tête noire qui est le plus grand de tous les oiseaux du Costa Rica. Une colonie de singes hurleurs nous a accueillis, à grand renfort de cris, à notre entrée dans les sentiers.

Crocodiles
En fin d’après-midi, sous le pont de la Route transaméricaine qui enjambe le rio Canomazo, un groupe de crocodiles se dorait au soleil sur la rive, pendant que passait une bande d’aras rouges. Les voyageurs arrêtent leur véhicule et se postent en observation. Au Costa Rica, la biodiversité est telle que l’on ne cesse de s’émerveiller.

Repères
- Le voyagiste montréalais Canandes propose un nouveau concept pour découvrir le «Costa Rica autrement», avec comme base la station balnéaire de Puntarenas, sur la côte Pacifique.
- Le forfait «Le Costa Rica autrement» de Canandes comprend l’hébergement en demi-pension dans un hôtel choisi parmi quatre 4 étoiles familiaux voisins, des excursions (avec repas) durant quatre jours et un programme libre durant les trois autres jours. Info: consulter une agence de voyages.
- Au départ de Puntarenas, plusieurs réserves et parcs naturels, publics ou privés, ne nécessitent que d’assez courts trajets.
- Face au port de Puntarenas s’étend l’une des plus grandes mangroves du pays, qui abrite notamment une colonie de spatules roses.
- Le Parc national Carara, aux abords de la route panaméricaine, se caractérise par sa forêt primaire.
- Non loin du Parc Carara, le Rain Forest Aerial Trams (parc privé) permet de découvrir la canopée en téléphérique. À voir surtout en période de floraison.
- Aux abords du fleuve Tempisque, la réserve naturelle Rancho Humo, un domaine privé de 50 000 acres, accueille une colonie de jabirus, l’échassier blanc à tête noire qui est le plus grand oiseau du Costa Rica.
- Le Costa Rica est desservi par vols nolisés directs au départ de Montréal en saison hivernale. Air Canada assure des vols réguliers toute l’année au départ de Toronto. Attention: tous les services sont payants à bord de cette compagnie (carte de crédit seulement), alors prévoyez vos écouteurs et votre casse-croûte!
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site