Voyages hors des sentiers battus

samedi 24 décembre 2011

Posted by . In | No comments


Rongbuk est le monastère le plus haut du monde, à 5100 mètres d'altitude (Image: Voyage vietnam pas cher)Rongbuk est le monastère le plus haut du monde, à 5100 mètres d'altitude ’il devait avoir un lieu pour permettre à l’homme de réaliser son insignifiance et la grandeur de l’univers, le Mont Everest serait ce lieu. Cet endroit dont le nom occidentale semble bien pâle en comparaison avec la signification de son nom tibétain - Qomolongma - Déesse Mère du Monde. S’il y a un endroit où chacun peut oublier les banalités de la vie quotidienne, cet endroit serait sur le regard de la Déesse Mère.
Durant plus de 400 ans, moines, ermites et nones en quête de paix du cycle de la renaissance sont venus méditer au pied de l’Everest. Et des tentes pour la méditation auraient été montées à l’endroit même où a été bâti en 1902 le monastère Rongbuk. Encore aujourd’hui, des ermites habitent dans les grottes des falaises qui entourent le monastère. À une altitude de 5100 mètres, Rongbuk est le monastère le plus haut au monde.
Les alpinistes qui désirent escalader les sommets les plus hauts de la chaîne de l’Everest par la face nord passent obligatoirement par le monastères Rongbuk, situé 200 mètres en aval du camp de base. Il est dit que le lama fondateur du monastère de Rongbuk, Zatul Rinpoche, voyait les premiers aventuriers de l’Everest comme des hérétiques. Mais peu importe ce qu’il pensait d’eux, le lama les bénissaient et offraient aux alpinistes du thé et de la nourriture tout en priant pour leur reconversion.
Aux temps des premiers explorateurs de l’Everest, atteindre Rongbuk était déjà une aventure en soi. Et il fallait cinq semaines de marche pour parvenir au monastère depuis les contreforts de Darjeeling, en Inde. Aujourd’hui ce trajet ne prend que deux à trois heures de route depuis “l’Autoroute de l’Amitié”, l’axe qui relie Lhassa à Kathmandu.
Malgré son altitude, le monastère Rongbuk a abrité jusque cinq cents moines et nones. Les gens venaient du Népal et de Mongolie pour assister aux célébrations qui se tenaient à lors des jours de fêtes. Mais aujourd’hui, moins d’une cinquantaine de religieux chantent encore le sutra à Rongbuk.
Comme pour de nombreux trésors religieux et culturels, le monastère Rongbuk n’a pas été épargné lors de la Révolution Culturelle. Les objets et trésors qui n’ont pu rejoindre le Népal ont été vandalisés, des pages de textes sacrés utilisées comme papier toilette, des toits explosés et des chapelles détruites…
Un travail de reconstruction a ensuite commencé en 1983. Des murs dont les parures avaient été détruites ont été couverts d’ornements représentants les déités protectrices tibétaines. Cela ne représente pas le regard bienveillant de Guan Yin, la Déesse du pardon, mais plutôt le regard transperçant du Padmasambhava, “le second bouggha” qui amena le bouddhisme au Tibet.
Les moines d’aujourd’hui gèrent une maison d’hôte au style austère. Les revenus dégagés de l’hébergement servent à la reconstruction de Rongbuk.
Un grand “chorten” - une relique décorée avec des symboles religieux - constitue la dernière construction humaine avant de parvenir au camp de base des expéditions. De là, des véhicules peuvent vous conduire à la ville de tentes qu’est le camp de base. De nombreuses maisons de thé et maisons d’hôte se sont installées là où débutent les expéditions pour l’Everest. Si vous êtes de passage, souvenez-vous d’essayer la spécialité locale, un thé au saveur de beurre de yak.
Si vous recherchez une expérience au pied de l’Everest sans pour autant payer le prix d’une ascension périlleuse, un voyage à Rongbuk pourrait vous satisfaire. Des agences de voyage spécialisées dans les séjours dans l’Himalaya se trouvent à Lhassa et à Katmandu. Pour les occidentaux, des excursions motorisées devraient être la meilleure option. Le gouvernement chinois exige toujours que les étrangers soient munis d’un permis pour entrer au Tibet, mais les agences de voyages peuvent procéder aux démarches pour vous.
Et lorsque vous serez finalement sur place, soyez prêts à reconsidérer l’infini. Sans distraction moderne, et avec un silence simplement brisé par les chants des moines, il n’y a que la “Déesse Mère” à contempler.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site