Voyages hors des sentiers battus

mercredi 28 décembre 2011

Posted by . In | No comments
Istanbul: quels bazars!
© Photos d'archives
Au coeur du Grand Bazar d’Istanbul.
Cité mythique, Istanbul regorge de marchés, espaces insolites où tous les sens des visiteurs sont, à chaque pas, mis en éveil. Bazars de plein air où des marchands forains déballent leurs marchandises un jour par semaine; bazars urbains, véritables centres commerciaux d’un autre âge, où se concentrent des boutiques par centaines, par milliers. Le bazar, mot turc emprunté à la langue perse, désigne toutes les formes de marchés, que ceux-ci soient épisodiques ou permanents, ouverts à tous les vents ou couverts.
La joyeuse animation qui y règne, mais, aussi, les odeurs, les couleurs et les saveurs qui les caractérisent en font des attractions incontournables pour les visiteurs. Au nombre de ces bazars, j’en ai retenu trois, disséminés à travers Istanbul, qui méritent que l’on s’y attarde.
Le grand bazar
Au coeur de la vieille ville d’Istanbul, s’étend le Grand Bazar qui fait depuis des siècles la réputation de la cité. Construit en 1461, le bazar s’inscrivait au centre d’un quartier où aboutissaient les caravanes.
Rapidement, l’espace commercial commença à déborder le marché, même, sur les ruelles avoisinantes. Bientôt, on songea à recouvrir ces artères toutes bordées de boutiques. À présent, le Grand Bazar, de son vrai nom Kapali Çarsi ou marché couvert, abrite, dit-on, quelque 4000 boutiques et autres espaces de services, comme des ateliers, des banques, des mosquées, des fontaines, des restaurants et des cafés et, même, des postes de police.
Une voie principale, large et bien éclairée, traverse tout le bazar. De part et d’autre de cette artère débouchent des artères secondaires, où tous les espaces se trouvent également occupés par des boutiques. Par sections entières, se trouvent regroupés les différents types de commerces, souvenirs pour touristes, faïences, cuirs, or et autres bijoux, vêtements de cuir, etc.
Certaines sections abritent des cafés et des restaurants où les Stambouliotes ont leurs habitudes entre amis. Les marchands, eux, postés à l’entrée des boutiques, sollicitent les visiteurs qui défilent dans un flot continu. Jamais, toutefois, cela ne se fait de manière trop insistante. Le Grand Bazar, vous diront les Stambouliotes, est un lieu parfait pour effectuer, de manière efficace, tous ses achats de menus souvenirs «typiques». Toutefois, pour ce qui est des achats plus conséquents, comme des tapis ou des vêtements de qualité, mieux vaut s’adresser ailleurs.
Le bazar aux épices

Appelé, en turc, le marché égyptien (Misir Çarsisi), le bazar des épices, situé dans le quartier Eminönü, fut construit au milieu du XVIIe siècle. L’édifice même est remarquable de par son architecture. Deux allées perpendiculaires abritent une succession de boutiques où prédominent les épices et toutes sortes de saveurs orientales. Toutefois, là où jadis officiaient les marchands de remèdes traditionnels s’installent, aussi, de plus en plus les boutiques de souvenirs et de pacotilles.
Le «marché du mardi»
Dans le quartier Hassan Paça, en banlieue d’Istanbul, près de l’autoroute menant vers Ankara, se tient ce que l’on appelle le «marché du mardi».
Une fois par semaine, donc, des centaines et des centaines de marchands forains déballent, sur une vaste place, leurs marchandises et leurs produits. Les Turcs y viennent par milliers se procurer, à d’excellents prix, tout ce dont les familles ordinaires peuvent avoir besoin, des rideaux du salon aux chemises, des souliers aux sous-vêtements. Les producteurs et marchands de fruits et légumes, eux, occupent le centre de ce marché en plein air.
Une abondance alimentaire
La Turquie est un pays d’abondance alimentaire. Non seulement la production suffit-elle à nourrir la population de 75 millions d’habitants, mais le pays exporte un grand nombre de produits. Début juin, les étals des producteurs et des marchands regorgeaient de produits de saison: atichauts, pomme de terre, fraises, cerises, nèfles, abricots, oranges, etc. s’amoncelaient dans les divers marchés.
La Turquie est également un important producteur de légumes secs, qui occupent une grande place dans l’alimentation quotidienne de la population. Les pois chiches et les lentilles, notamment, sont omniprésents. Le pays est également le premier producteur mondial de noisettes. Les trois principales productions agricoles demeurent le blé, la betterave à sucre et le thé.
La main d’oeuvre agricole représente environ 36% de la population active. Toutefois, l’agriculture souffre d’un retard important pour ce qui est des méthodes culturales. Dans le domaine industriel, la Turquie a connu une croissance phénoménale depuis une vingtaine d’années, comme en témoignent ses usines modernes. Deux secteurs sont particulièrement dynamiques. Le premier est le secteur de l’automobile, des marques japonaises, européennes et américaines ayant créé des usines en Turquie, non seulement pour satisfaire le marché national, mais, également, pour exporter dans les pays des alentours.
L’autre secteur de pointe est le textile. Les usines turques produisent autant des vêtements de qualité ordinaire que des pièces de marques qu’elles sous-traitent pour les grands couturiers. De plus, les cuirs turcs sont également renommés.
Magasiner
Le visiteur étranger ne peut donc que s’extasier devant l’immense variété de produits présentés à chaque étape de son voyage en Turquie. Chaque marché a ses caractéristiques. Les uns, passage obligé des hordes de touristes, se sont spécialisés dans les souvenirs «typiques» et autres pacotilles, d’autres sont à fréquenter pour les vraies aubaines qu’ils sont en mesure d’offrir.
En ce domaine, les conseils d’un habitant du pays sont précieux si l’on veut faire la part des choses.
***
Repères
- Jusqu’au mois d’octobre, Air Transat assure un vol hebdomadaire au départ de Montréal vers Istanbul. À l’aller (dimanche), le vol dure environ 9 heures, et au retour (lundi), environ 10 heures.
- Le visa nécessaire (60$) pour entrer en Turquie est délivré instantanément à l’arrivée à Istanbul.
- Vacances Transat et Rêvatours, filiales du Groupe Transat, proposent toutes sortes de formules pour découvrir la Turquie. Rêvatours est, de plus, organisé pour planifier une découverte sur mesure. Il suffit de consulter un agent de voyages.
- Ville de plus de 12 millions d’habitants, Istanbul est très bien équipée en matière de transport en commun. En plus du métro, la ville possède un réseau de métro-bus vers la banlieue, qui dispose de voies réservées au centre de l’axe autoroutier. Un système de traversiers relie les rives du Bosphore. Un très dense parc de taxis tous peints en jaune parcourt la ville.
- Le marché aux épices se situe dans le quartier Eminönü, près de la «Nouvelle Mosquée» (datant de 400 ans). - Le quartier Beyoglu se situe à proximité de la rue piétonne Istiklal, qui débouche sur la place Taksim.
- Le Grand Bazar (Kapali Çarsi) se trouve au coeur de la vieille ville, non loin de la Mosquée «bleue» et de Sainte-Sophie.
- Le «marché du mardi» se tient en banlieue, dans le quartier Hassan Paça, à une bonne demi-heure de route, côté asiatique.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site