Voyages hors des sentiers battus

lundi 26 décembre 2011

Posted by . In | No comments
Chili la région des lacs - La région des lacs au Chili: à couper le souffle!
La région des lacs couvre une grande partie du centre-sud du Chili et doit son nom aux nombreux grands lacs intérieurs qui en émaillent le paysage, par ailleurs souvent rehaussé de majestueux volcans et du cône enneigé et quasi parfait de l’Osorno, qu’on a plus d’une fois comparé au mont Fuji nippon du fait de sa géométrie on ne peut plus harmonieuse. Géographie
Au même titre que le reste du Chili, cette région possède un long littoral sur le Pacifique, quoique l’activité soit surtout concentrée à l’intérieur des terres. Les zones côtières sont en effet rocheuses et le plus souvent inhabitées (bien que la ville de Valdivia ne se trouve qu’à courte distance du Pacifique), tandis que l’intérieur regorge de possibilités en ce qui a trait à l’agriculture, à la sylviculture et au tourisme, et ce, jusqu’aux flancs des Andes.
ATTRAITS
Villarrica
La petite ville de Villarrica, qui se trouve à 82 km au sud-est de Temuco, dans l’angle sud-ouest du Lago Villarrica, là où le Río Toltén prend sa source, tient son nom du volcan actif qui est clairement visible au sud-est. Fondée en 1552, elle a été abandonnée en 1599 après avoir été assiégée par les Mapuches, puis refondée en 1882.
Villarrica a bénéficié d’une brève popularité en tant que station lacustre, mais a depuis perdu du terrain au profit de Pucón, 25 km plus à l’est, tout au bout du lac. Cela dit, certains préfèrent toujours Villarrica pour son atmosphère plus paisible et ses prix moins élevés. Le petit Museo Municipal expose quelques objets mapuches qui sauront vous intéresser, entre autres des masques en bois, ainsi qu’une ruca (hutte circulaire traditionnelle). La Costanera, qui borde le lac immédiatement au sud du centre-ville, se prête par ailleurs fort bien aux promenades.
Parque Nacional Villarrica
Le Parque Nacional Villarrica se divise en trois secteurs contigus. Le secteur principal, qui débute à 12 km au sud de Pucón, accueille le volcan qui a donné son nom au parc. Les grimpeurs en bonne condition physique peuvent noter que l’ascension aller-retour prend environ huit ou neuf heures à effectuer et que, comme il s’agit d’un volcan actif, il s’en échappe des vapeurs sulfureuses au sommet. Tous les grimpeurs, sauf les plus expérimentés, auront besoin d’un guide, dont ils pourront louer les services auprès d’un excursionniste. Ce secteur renferme aussi un centre de ski et de nombreuses grottes.
Plusieurs plages de beau sable volcanique noir bordent le Lago Villarrica, y compris un ruban de 4 km aux abords de Pucón. Vous en trouverez d’autres autour du Lago Calafquén à Lican-Ray, soit à 30 km au sud de Villarrica, et à Coñaripe, à 21 km vers le sud-est.
Pucón
Pucón s’est peu à peu imposée comme la capitale inofficielle du tourisme de plein air dans la portion nord de la région des lacs. Située à 107 km au sud-est de Temuco, à l’extrémité orientale du Lago Villarrica, là où le lac est alimenté par le Río Trancura, cette ville lacustre de quelque 14 000 habitants ne possède en soi aucun attrait particulier, mais doit plutôt son atmosphère juvénile et son indubitable vitalité aux lacs, rivières et montagnes des environs, notamment au volcan actif Villarrica, qui culmine à 2 840 m et s’offre clairement au regard à 8 km au sud de l’agglomération.
L’Avenida O’Higgins, l’artère principale de la ville, accueille les bureaux de nombreux excursionnistes offrant toutes sortes d’activités de plein air, entre autres le rafting, la randonnée pédestre, l’équitation, l’alpinisme, la pêche et le vélo en montagne, et l’on y voit d’ailleurs fréquemment circuler des véhicules chargés de grands canots pneumatiques et de divers autres équipements sportifs. Les parcs nationaux, les stations thermales et les centres de ski de la région s’avèrent en outre d’accès facile.
Plusieurs stations thermales vous attendent près de Pucón, entre autres les Termas de Huife, à 33 km vers le nord-est, et les Termas de Palguín, à 30 km vers le sud-est, l’une comme l’autre possédant des complexes hôteliers ouverts toute l’année.
Parque Nacional Huerquehue
Nacional Huerquehue, à 35 km au nord-est de Pucón, s’étend à l’extrémité est du Lago Caburga et couvre une zone montagneuse et sauvage ponctuée de nombreux lacs secondaires, de vallées saisissantes et de plusieurs cascades. Il recèle par ailleurs de beaux sentiers de randonnée, le plus apprécié étant celui du Lago Verde (il donne aussi accès à d’autres lacs), un tracé de 17 km qui part du siège administratif du parc, au Lago Tinquilco, et qui grimpe à travers une dense forêt jusqu’à des altitudes voisines de 1 300 m, offrant de belles vues sur le volcan Villarrica depuis certaines éclaircies. En été, un car s’y rend directement au départ de Pucón.
Valdivia
La ville de Valdivia doit son nom à Pedro de Valdivia, qui l’a fondée en 1552. Elle se trouve au confluent du Río Calle Calle, du Río Cau Cau et du Río Cruces, qui s’unissent pour former le Río Valdivia, lequel se jette à son tour dans le Pacifique environ 15 km plus loin.
Le centre-ville, qui présente la forme d’une péninsule, borde deux de ces rivières, tandis que les banlieues se sont développées autour de l’archipel voisin. Une grande partie des rives du Río Calle Calle est aménagée en parc, et l’Avenida Prat, qu’on désigne aussi du nom de Costanera , constitue elle-même une zone riveraine animée et fort attrayante en bordure du Río Valdivia, au sud du pont qui mène à l’Isla Teja, et où se tiennent un marché aux poissons et un marché d’artisanat, et où accostent par ailleurs les bateaux d’excursion.
Sur la Costanera même, plusieurs entreprises concurrentes exploitent des kiosques où l’on propose des tours de bateau panoramiques sur le Río Valdivia jusqu’au port océanique de Corral ou le long du Río Cau Cau et du Río Cruces, ces balades permettant notamment d’admirer au passage de vieux forts espagnols. Ces excursions durent cinq heures, le déjeuner étant compris dans le coût du billet, et partent en début d’après-midi, quoique des excursions plus courtes, d’une durée de une à deux heures, soient également offertes de la fin de la matinée au milieu de l’après-midi, sans oublier les croisières nocturnes organisées au cours de la saison estivale.
Osorno
Osorno est une ville commerciale d’environ 135 000 habitants située au confluent des rivières Rahue et Damas, qui irriguent les terres cultivées des environs. Elle constitue un tremplin rêvé vers les lacs et le Parque Nacional Puyehue, et recèle par ailleurs certains des meilleurs restaurants du Chili.
Frutillar
Frutillar est une de ces sympathiques stations lacustres où il n’y a pas grand-chose à faire sinon que de s’imprégner du charme et de la sérénité des lieux, de faire de longues promenades ou encore d’aller taquiner le poisson. De fait, en dehors des mois de janvier et de février, cette petite ville devient généralement on ne peut plus tranquille. Par contre, entre la fin de janvier et le début de février, un festival de musique classique s’y tient dans les églises et le gymnase; on accueille alors l’Orquesta Nacional de Chile et divers orchestres de chambre. Une foire d’artisanat chevauche par ailleurs cet événement de la mi-janvier à la mi-février.
Puerto Varas
Bien qu’elle n’ait pas la taille de Puerto Montt et qu’elle n’accueille pas de vols, la ville de Puerto Varas, qui se trouve 20 km plus au nord, est devenue le plus important centre de tourisme du sud de la région des lacs. Accrochée à l’angle sud-ouest du Lago Llanquihue, la ville en soi n’offre que peu d’attraits, si ce n’est qu’on y a de belles vues sur le volcan Osorno depuis la Costanera et les collines voisines; mais elle possède néanmoins un large éventail de lieux d’hébergement et de restaurants, sans compter qu’elle s’impose comme le principal point de départ des visites organisées de la région environnante, entre autres vers le Parque Nacional Vicente Pérez Rosales, qui offre de nombreuses possibilités de croisières lacustres, de randonnée pédestre, d’escalade, de rafting et de pêche. La plupart des excursionnistes de la région ont d’ailleurs leurs bureaux à Puerto Varas. Compacte et facile à parcourir, cette ville constitue également une excellente base pour entreprendre des excursions par ses propres moyens.
Parque Nacional Vicente Pérez Rosales
Le parc national Vicente Pérez Rosales couvre une superficie de près de 254 000 ha et s’étend des abords de la pointe orientale du Lago Llanquihue jusqu’à la frontière argentine. Créé en 1926, c’est le plus vieux parc national du Chili. Il englobe le magnifique Lago Todos Los Santos, avec ses eaux émeraude et ses rivages boisés, de même que trois pics volcaniques: l’Osorno, le Puntiagudo et le Tronador (à 3 491 m, le Tronador s’impose comme le sommet le plus élevé du parc). Le majestueux volcan Osorno est clairement visible du Lago Todos Los Santos et se reflète souvent dans ses eaux.
Même si cette région s’inscrivait jadis dans l’axe d’une route préhispanique à travers les Andes, il est aujourd’hui impossible de franchir le parc par la route, dans la mesure où le tracé de la route internationale 225 se voit interrompu par le Lago Todos Los Santos. Il en résulte que le trajet combiné panoramique car-traversier entre Puerto Montt et Bariloche, du côté argentin, constitue pour beaucoup de visiteurs le seul moyen d’obtenir un aperçu du parc tout en se prévalant d’une traversée du lac.
Puerto Montt
Puerto Montt se trouve à peu près à mi-chemin entre Santiago et la pointe méridionale du territoire continental chilien. Elle représente en outre à bien des égards la ligne de démarcation entre les zones relativement développées et peuplées du centre-sud du Chili et la région beaucoup plus sauvage et en grande partie inhabitée qui s'étend plus au sud. Puerto Montt marquait jadis l'extrémité méridionale du réseau ferroviaire chilien, et l'essentiel du réseau routier lui-même ne s'étend guère au-delà de ce point, exception faite du prolongement de la grand-route nord-sud qui traverse presque entièrement l'île de Chiloé.
RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
Formalités d’entrée
Les voyageurs de la plupart des pays doivent avoir un passeport valide pour une période allant au-delà de la date prévue de départ du Chili. Pour les personnes de certaines nationalités, on peut exiger que le passeport soit valide pour une période d’au moins six mois au-delà de leur date d’entrée au Chili.
Carte d’embarquement et droit de séjour
Les voyageurs à destination du Chili doivent remplir une carte de débarquement sur laquelle il convient d’indiquer le nom de l’hôtel ou l’adresse de tout autre endroit où ils comptent loger au pays. Les passagers des compagnies aériennes se voient généralement remettre cette carte en vol, de sorte qu’ils peuvent la remplir avant l’atterrissage.
Climat
Comme on peut s'y attendre d'un pays aussi étendu du nord au sud, le Chili renferme de nombreuses zones climatiques distinctes, mais qui n'en connaissent pas moins toutes l'effet rafraîchissant de l'océan Pacifique, le courant froid de Humboldt prenant naissance dans les eaux subantarctiques. Le Chili peut en fait être divisé en trois grandes zones climatiques: le nord, très aride; le sud, frais et humide; et l'entre-deux (le centre du Chili), caractérisé par un climat qu'on pourrait qualifier de méditerranéen, avec des différences saisonnières marquées, des précipitations concentrées au cours des mois plus frais de mai à août, et du soleil presque tout le reste de l'année.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site