Voyages hors des sentiers battus

mercredi 28 décembre 2011

Posted by . In
vietnam - Le Vietnam, un pays d'eau
© Gilles Renaud
La vie urbaine au Vietnam est trépidante. Essoufflante, même, pour le visiteur québécois. Mais le Vietnam, c’est aussi une magnifique campagne. C’est un pays de paysans, qui cultivent chacun leur lopin de terre pour nourrir leur famille. Paysannes, devrait-on dire, puisque, dans les champs, ce sont très majoritairement les femmes qui travaillent, portant leur chapeau typique pour se protéger du soleil accablant. Là-bas, tout est produit à l’huile de bras. On ne voit pratiquement jamais de tracteurs. Les champs sont labourés de la manière traditionnelle, avec des buffles et des instruments aratoires artisanaux.
La production sera vendue en ville, soit dans les marchés publics, soit à bord d’embarcations traditionnelles dans les marchés flottants.
Le Vietnam est aussi un pays d’eau avec ses 3 541 kilomètres de côtes et ses fleuves réputés, dont le Mékong.



Baie d'Ha Long
La baie d’Ha Long offre aux voyageurs l’un des paysages les plus époustouflants de la planète. Situé dans le nord-est du pays, dans le golfe du Tonkin, l’endroit fait partie de la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco.
La baie compte environ 1 600 îlots de calcaire qui forment un paysage époustouflant. La plupart des îles ne sont pas habitées, en raison du relief très abrupt. On y trouvera toutefois des villages flottants de pêcheurs, dont les maisons s’agglutinent les unes aux autres et où l’on fait aussi l’élevage, dans des viviers naturels, de divers poissons et crustacés.

Delta du Mékong
­À l’autre extrémité du pays se trouve le delta du Mékong, qui irrigue toute la partie sud-ouest. Ce fleuve, qui prend sa source au Tibet, est l’un des plus longs du monde, s’étirant sur 4 500 kilomètres.
Le delta est le grenier du Vietnam. Parce qu’il irrigue des centaines de kilomètres carrés de terre, c’est surtout là que l’on fait pousser légumes et fruits qui alimentent le pays, sans compter les rizières et la multitude de poissons que l’on y pêche. Il est extrêmement fertile en raison des limons et des matières organiques que charrie le fleuve. Il se divise en centaines de petits canaux où l’on circule en barques équipées de trop bruyants moteurs ou, plus traditionnellement, munies de longues rames.



Riz, légumes, café et poivre
­À l’intérieur du pays, les paysans vietnamiens font pousser de tout. Le travail, souvent fait par des femmes, est réalisé à main, sauf le labourage qui est effectué traditionnellement à l’aide de buffles. En plus des rizières et des champs de légumes, on croisera plusieurs plantations de café et de poivriers.
Marchés publics
­Que ce soit en ville ou dans les marchés flottants, les paysans, éleveurs et pêcheurs s’installent tôt chaque matin pour vendre leur production ou leurs prises de la nuit. Les marchés publics sont incroyablement animés et partout, on discute ferme et on négocie les prix. S’y présenter tôt le matin est une expérience fabuleuse et un véritable plaisir pour les yeux, en raison de la diversité des produits que l’on y trouve. Pauvreté
En campagne comme en ville, les conditions de vie et d’hygiène sont difficiles, compte tenu de la pauvreté de la population. Les gens vivent entassés, souvent dans ce que l’on considérerait ici comme des abris de fortune.

Phản ứng:

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site