Voyages hors des sentiers battus

mercredi 28 décembre 2011

Posted by . In | No comments
Équateur - L’Équateur: coups de foudre au milieu du monde
© Sarah-Émilie Nault
À Quito, la Vierge veille sur la ville du haut du Panecillo.
Paysages volcaniques, forêts sauvages, jungle magnifique, ambiance tropicale, l’Équateur, situé au nord-ouest de l’Amérique du Sud, se découvre pièce par pièce comme un casse-tête sublime qu’on aurait envie de refaire à peine terminé.
S’il faut souvent se résigner à n’effleurer que quelques-unes des douceurs d’un pays, il faut absolument voir, en Équateur: la capitale de Quito, le charmant petit village de Baños, la côte ensoleillée du Pacifique et, au cœur de la jungle, l’excentrique écocommunauté de Mindo. De véritables coups de foudre au milieu du monde.
Sous les brumes de Quito
Du haut de ses 2800 m d’altitude, Quito, fier, a toutes les raisons de sourire. Le souffle un tantinet plus court - l’altitude - on traverse la ville de Quito le cœur léger jusqu’au sommet du Panecillo, cette montagne surplombée par la Vierge du même nom veillant doucement sur la ville. À ses côtés, la vue de la capitale est tout simplement sublime. Le soir, la statue illuminée rivalise de beauté avec sa ville à demi endormie et souvent enveloppée d’une brume opaque, mystérieuse.
On marche aussi le long des ruelles de pierre du Vieux Quito en s’arrêtant comme il se doit boire un verre de Canelazo, cette boisson chaude typique du pays composée de liqueur alcoolisée de canne à sucre, de fruits et de sucre, servie directement sur la rue, à même une énorme marmite fumante. Il faut prendre le temps de regarder ces hommes chantant pour leur femme, attablés au restaurant, à l’unisson avec les «sonas», ces chanteurs équatoriens au répertoire typique du pays.
À travers la brume nocturne fraîchement tombée sur Quito apparaît le palais du Président à la Plaza Grande et le parc qui lui fait face. On se promène entre ses arbres, ses fleurs et ses monuments, dont la chapelle Cantuna, et on se laisse tranquillement envahir par cette ambiance énigmatique.
À Quito, les gens ne parlent pas beaucoup. Les étrangers - et particulièrement les étrangères - se font fixer sans être abordés. C’est que les Équatoriens sont timides. À nous alors de faire les premiers pas, des pas nécessaires qui débouchent souvent, et comme par magie, sur des rencontres inoubliables.
Au cœur de la Plaza del Quinde, la ville s’anime, particulièrement en soirée. La Grande Place occupée par ses restaurants, bars, terrasses, cafés, discothèques et casinos vibre au son de la musique populaire. Les bouteilles de Pilsener s’entrechoquent. Quito, entourée de sa famille-volcans qui hésite inlassablement entre activité et passivité - le papa Cotopaxi, la maman Tungurahua et leur bébé Pichincha - est à découvrir, la nuit comme le jour.
Les eaux miraculeuses de Baños
À trois heures trente d’autobus de Quito, la petite ville de Baños est reconnue pour ses eaux thermales, son volcan et ses nombreuses activités, souvent extrêmes. On s’y rend pour se rafraîchir, aussi bien le corps que l’esprit. Et la route, sinueuse et grandiose, est tout simplement époustouflante.
C’est à la Vierge Rosario de Agua Santa (Vierge de l’eau sainte) que de nombreux voyageurs se rendent implorer paix et guérison. Plusieurs miracles dont elle serait l’auteure sont d’ailleurs exposés sur de magnifiques tableaux recouvrant les murs de l’Iglesia Antigua de Baños au centre de la ville.
Tungurahua, ce volcan surnommé le « grand géant », règne sur l’endroit du haut de ses 5000 m, la tête dans les nuages. On peut le monter facilement pour y emprunter, entre autres, la route de la jungle.
Comme Baños signifie «bain », il faut plonger dans l’un de ses bains chauds en plein air et aux vertus thérapeutiques et ainsi pouvoir affirmer avoir vécu l’expérience. Très populaires, il faut s’y rendre tôt en matinée ou tard en soirée pour éviter la foule bruyante et très active.
Aux abords du termas de la virgen», les gens se rendent aussi nombreux pour remplir des cruches d’eau à l’effigie de la Vierge à même l’une des « miraculeuses fontaines » de Baños. Ici, on croit aux miracles et aux chutes d’eau magiques.
Subjugué par la beauté du paysage, viendra le moment de choisir entre des activités comme les promenades à cheval, le rafting, le bungee, la tyrolienne, l’escalade et la tournée de cascades de Baños. J’ai pour ma part sauté sur un quatre roues (VTT) pour me rendre jusqu’au Miradore de la Cruz de bellavista, un endroit d’où la ville peut être admirée dans toute sa splendeur. Baños à nos pieds, les montagnes et les volcans tout autour, il faut bien prendre le temps de s'imprégner de tant de beauté.
Plage et carnaval à Tunsupa
Sur la côte du Pacifique, la ville de Tonsupa possède sa propre plage du même nom, et elle a l’avantage d’être la plus près de Quito. On s’y rend lors des longs congés et en particulier pour célébrer le Carnaval qui, par bonheur, battait son plein lors de ma visite. À six heures de route de la capitale, Tonsupa fait rêver. La plage y est magnifique, l’eau d’une température parfaite, le soleil éblouissant et les activités innombrables.
Le Carnaval, célébré la dernière semaine de février ou la première semaine de mars, se tient sur la plage, surtout en soirée, alors que les terrasses et les bars directement sur le sable sont envahis de jeunes bien décidés à faire la fête. Dans les rues étroites entourant le petit centre-ville, les enfants - et les grands - arrosent les passants avec des fusils remplis d’eau ou à l’aide de bonbonnes lançant une sorte de mousse semblable à du savon. La musique joue à tue-tête, les pistes de danse sont bondées, des barbecues improvisés fument ici et là. Ricky, mon nouvel ami équatorien, s’assure tout de même régulièrement que sa compagne québécoise se porte bien. En Équateur, les hommes sont attentifs et charmants. Affronter la jungle de Mindo
Même si le mot voyageur ne rime pas toujours avec aventurier, il vaut la peine de sortir de sa zone de confort pour relever le défi Mindo, cette écocommunauté enveloppée par la jungle et la forêt; la nature dans ce qu’elle a de plus pur. À quelques heures de Quito, on se rend au cœur de ce petit village pour ses activités à faire en plein air : tyrolienne au cœur de la jungle, escalade, observation d’oiseaux rares et de petits animaux exotiques, grande tournée des sept chutes de Mindo, rafting, descente en tubes extrême…À ne pas manquer : les fameux papillons de Mindo, quelque 2500 beaux spécimens que l’on retrouve dans une serre au jardin composé de fleurs et de plantes sublimes.
Les nuits de Mindo résonnent des chants de grenouilles et de bruits exotiques. Il faut s’attendre à dormir dans une chambre où moustiques et petits insectes se partagent le loyer, mais au petit matin, le village est superbe lorsque le soleil se lève sur sa végétation luxuriante. Au cœur de la forêt amazonienne, tout est si beau.
À Mindo, le temps est indéfini, aléatoire. C’est ce temps qui passe doucement qui manque à la plupart des voyageurs conquis lors de leur retour au pays. Ce temps bordé de soleil, inspirant et aussi grand que ses volcans.
***
Informations pratiques - L’Équateur se trouvant en haute altitude, il faut voir un médecin avant le départ : certains trucs et médicaments peuvent contrer les effets possibles de l’altitude sur le corps.
- Informez-vous des précautions à prendre et des vaccins à recevoir avant de vous rendre en Équateur. Selon les zones que vous visiterez, le vaccin de la fièvre jaune et/ou des médicaments contre la malaria s’avéreront essentiels.
- Un vol de Montréal à Quito coûte environ 1200 $. Un vol de New York ou de Newark à Quito ne vous en coûtera que 550 $! Cela vaut la peine de faire la route en voiture jusqu’aux États-Unis pour s’envoler à plus petit prix.
- En voyage en Équateur, votre estomac de Nord-américain devra faire une croix sur la salade, les légumes crus, les fruits non pelés et l’eau du robinet. Faites aussi attention à la glace dans les boissons.
- Il vous faut de la crème solaire au pourcentage très élevé et de la crème insecticide possédant au moins 28 % de DEET, surtout si vous prévoyez visiter la jungle.
- Sachez un minimum de phrases essentielles en espagnol, car la plupart des gens ne parlent pas anglais en Équateur. « Combien ça coûte ? » est définitivement un incontournable.
- Allez vers les Équatoriens, car eux n’iront pas vers vous. Une fois le contact établi, ils s’avèrent être des gens tout à fait charmants, malgré leur nature initialement timide.

L’une des sept cascades de Mindo, une éco communauté de l’Équateur.
© Sarah-Émilie Nault 

http://www.voyage-en-guadeloupe.com  - Organisez votre voyage sur l'île en forme de papillon à travers nos formules de sejour Guadeloupe ou créer votre voyage sur mesure : offres de locations saisonnières de charme, location de voiture, vol , excursion à travers l'île.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site