Voyages hors des sentiers battus

mercredi 28 décembre 2011

Posted by . In | No comments
nunavut - Ma croisière du Nunavut au Groenland
Paysage du Groenland
Croisière rime souvent avec plage, soleil, Sud. Les mers glaciales du nord de notre continent méritent pourtant que nous les découvrions, même si les rigueurs du climat y occasionnent quelques désagréments.

Parfois, la coque du navire grince en se frottant contre des îlots de glace: un bruit sinistre que durent entendre jadis les infortunés passagers du Titanic. Heureusement que les marins spécialisés dans la navigation nordique – des Russes, bien souvent – savent ce qu’ils font!

Le bateau à bord duquel j’ai vogué dans les mers du nord faisait anciennement partie de la flotte scientifique soviétique. Il s’appelait l’Academik Ioffe. Pendant la guerre froide, ce navire sillonnait nos eaux glacées pour cartographier nos fonds marins. Détail amusant: le capitaine répondait au nom prédestiné de… Valery Beluga!

Quel décor impressionnant! Je me souviendrai toujours du moment où le navire s’est engagé dans un fjord de glaciers aux parois noires et hautes à faire peur. Je me souviens aussi d’avoir aperçu, sur la crête de montagnes, au loin, des vestiges rouillés de la fameuse ligne Dew. Pendant la guerre froide, cette ligne protégeait d’est en ouest l’Amérique contre d’éventuelles attaques par missiles ou par avions de l’Union soviétique. Toute une quincaillerie de radars et de pièces d’équipement militaire autrefois sophistiqués, mais que le temps a réduit à l’état de ferraille, reste sur place.
Parlant de pollution, celle-ci n’épargne pas toujours les banquises. Certaines sont bleues et majestueuses, alors que d’autres sont franchement sales. Ainsi donc, le vent du sud charrie nos saletés atmosphériques jusque vers ces «cathédrales du Nord».

Embouteillage de glaciers
L’itinéraire de notre croisière devait nous amener d’Iqaliut, au Nunavut, jusqu’à Alert, une base militaire canadienne – le lieu habité le plus nordique du monde, à seulement 817 kilomètres du pôle. Mais Dame Nature a décidé de détourner notre navire: près de la baie d’Isabella, l’Academik Ioffe est resté pris dans la glace. Impossible de s’y faufiler. Après une dizaine d’heures passées à avancer et reculer pour se déprendre, le navire a modifié son cap, pour aller plutôt vers le Groenland. En chemin, une tempête s’est déclarée et, dans les couchettes, les passagers se faisaient passablement secouer. Finalement parvenu dans les eaux danoises (car le Groenland appartient au Danemark), le navire s’est approché de la baie de Disko.

Dans la capitale du Groenland, nommée Ilullissat, nous avons fait connaissance avec des Groenlandais. Quel frappant contraste avec les Inuits qui, en reconnaissant notre accent québécois, refusaient de nous vendre leurs sculptures (sous le prétexte que nous malmènerions les autochtones à Montréal) et qui laissaient leurs motoneiges se détériorer dans des nappes d’eau parce que le gouvernement fédéral allait leur en acheter de nouvelles.

Une pépinière d’icebergs
Après l’antipathique accueil des Inuits et le pitoyable spectacle qu’offraient leurs communautés, le peuple du Groenland paraissait épanoui, heureux. Pourtant, les Groenlandais aussi sont, disons, entretenus par leur gouvernement.

Mais les maisons offertes par Copenhague aux Groenlandais sont belles et, parce que leurs propriétaires les entretiennent, propres. L’architecture des maisons làbas respecte le cachet groenlandais. Il y a même des igloos en aluminium équipés de toutes les commodités modernes.

Petit périple en zodiac dans la baie de Disko. Nous allons à la rencontre du plus grand banc de glace du monde, une véritable pépinière d’icebergs qui lâchait de temps à autre, dans un vacarme impressionnant, des morceaux de glace pouvant peser jusqu’à 25 millions de tonnes. Ces banquises se dirigent ensuite, en suivant le courant, vers les côtes canadiennes. Avant de fondre complètement, les plus grosses d’entre elles atteignent New York.

Attention: pendant l’été, au Groenland, il y a des milliards de moustiques et, pour respirer, il faut se couvrir le visage d’un filet.

Pour trouver un bon guide francophone vietnamien contactez nous infos@trekvietnamtour.com
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site