Voyages hors des sentiers battus

lundi 26 décembre 2011

Posted by . In | No comments
cuba pinar del rio - Pinar del Río, l'autre Cuba!
Mecque de l’écotourisme sur l’île, la province de Pinar del Río a longtemps été la laissée-pour-compte du développement économique de Cuba. Sculptée par la chaîne montagneuse de Guaniguanico, cette province cache dans ses nombreux replis de véritables merveilles de la nature. Au diable les plages qui font la renommée de Cuba!
Voici la province la plus occidentale du pays, le rendez-vous des promeneurs et des amants de la nature.

Sierra del Rosario
Las Terrazas
À une soixantaine de kilomètres à l’ouest de La Havane, Las Terrazas se présente comme une communauté relativement moderne et des plus originales où l’architecture bétonnée à la soviétique fait un pied de nez assez spectaculaire aux conditions montagneuses du terrain. Située devant un petit lac, Las Terrazas a été fondée en 1971 dans une région qui fut classée réserve de la biosphère en 1984 par l’UNESCO. Cette réserve s’étend sur une superficie de 26 686 ha où six millions d’arbres ont été plantés lors d’un long processus de reforestation.
Dissimulées dans des paysages extraordinaires, les huttes de séchage du tabac constituent en quelque sorte les symboles de la province. Une grande partie de la paysannerie cultive encore le tabac selon la méthode traditionnelle; si les serres ultramodernes côtoient cependant de plus en plus les huttes à toit de feuilles de palmier, les tracteurs se font rares et les bœufs sont légion sur ces terres rouges.
De La Havane, si vous prenez l’autoroute nationale, seulement 147 km séparent la capitale nationale de la capitale de la province du même nom, Pinar del Río.
Chemin faisant, vous longerez sur votre droite la Sierra del Rosario, qui abrite une flore tout à fait spectaculaire, en partie à cause des pluies abondantes qui caractérisent ce microclimat. Il n’est pas surprenant de voir des arbres de près de 30 m de hauteur peupler ce qui fut la première réserve de la biosphère à être créée par l’UNESCO à Cuba en 1984. On y trouve aussi plus de 70 espèces d’oiseaux, ce qui en fait derechef un excellent endroit pour l’observation.
Parmi les attraits les plus intéressants du complexe touristique de Las Terrazas, les anciennes plantations de café, qui couvrent une bonne partie de la réserve, font bonne figure. En effet, au tournant du XIXe siècle, au lendemain de la révolte des esclaves d’Haïti, plusieurs Français sont venus s’installer dans la région, amenant avec eux leurs esclaves restés fidèles. En quelques années, ils établirent des dizaines de caféières qui prospérèrent rapidement dans cette zone propice à la culture du café. Nombre de ces plantations sont maintenant en ruine, mais quelques-unes demeurent en très bon état. Une de celles-ci, la Cafetal Buenavista, a même été complètement reconstruite et sert maintenant de restaurant-musée.
Soroa
À une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Las Terrazas, Soroa est accessible soit par l’autoroute nationale, soit par une route de campagne à partir de Las Terrazas. La seconde option offre de loin les plus beaux paysages, puisque cette route sinueuse traverse la Réserve de la biosphère Sierra del Rosario. Soroa est une petite station balnéaire adossée à la montagne.
L’Orquideario Soroa s’impose comme un jardin botanique abritant plus de 700 espèces d’orchidées et environ 11 000 plantes ornementales. L’endroit, juché à flanc de montagne à 206 m au-dessus du niveau de la mer, était autrefois le domaine d’un riche avocat espagnol des îles Canaries, Tomás Camacho. Il fit l’aménagement de ce jardin botanique en mémoire de sa fille, morte à la naissance, en l’étendant sur une superficie de 3,5 ha, aujourd’hui propriété de l’université de Pinar del Río. Au sommet de la montagne, un restaurant-mirador offre une vue sublime sur toute la région.
Pinar del Río
Pinar del Río n’est certes pas la ville la plus intéressante de Cuba, mais elle abrite néanmoins quelques sites notables à visiter.
Le Museo de Ciencias Naturales occupe une ancienne demeure familiale construite au début du XXe siècle. Autrefois le Palacio Guasch, cet édifice présente une architecture plutôt extravagante, sans contredit la plus originale de la ville. Le musée, dédié aux sciences naturelles, saura surtout plaire aux enfants: dans le patio du musée, une reproduction d’un tyrannosaure impressionnera les plus jeunes.
Toujours sur l’Avenida Martí, le Teatro Milanes mérite que l’on y jette un coup d’œil. Construit en 1880, ce théâtre qui peut loger plus de 520 spectateurs est entièrement de bois. Tout près du théâtre, le Museo Provincial retrace l’histoire de la province de Pinar del Río depuis la présence des Autochtones jusqu’à la Révolution de 1959. Ce musée mérite une courte visite, ne serait-ce que pour apprécier son architecture coloniale et quelques objets du passé de la province dont une ancienne voiture de pompiers.
À l’ouest de Pinar del Río
De la ville de Pinar del Río, d’intéressantes excursions vers l’ouest de la province s’offrent au visiteur. La Carretera Central traverse une région ravissante, glissant par des vallons où la terre rouge illumine le paysage. On est ici en plein cœur de la plus importante zone de culture de tabac du pays. La petite ville de San Juan y Martínez est le centre de la production de cette plante à larges feuilles d’origine américaine.
À mesure que vous avancez vers l’ouest, la Sierra del Rosario s’étend tranquillement jusqu’à ce que, près de Guane, les montagnes donnent l’effet d’une étrange apparition au milieu d’un paysage de plus en plus plat. Un peu avant d’arriver dans la ville d’Isabel Rubio, il y a bien quelques plages situées sur les pourtours de l’Ensanada de Cortés, mais ne vous imaginez pas y retrouver le sable blanc et les eaux claires du nord de l’île. Playa Bailén demeure tout de même passable, et elle n’est qu’à quelques kilomètres de la Carratera Central. Vous trouverez un restaurant sur les lieux.
Si vous en avez le temps, rendez-vous à la station balnéaire de María La Gorda, qui offre une option beaucoup plus agréable pour les activités nautiques.Elle peut s’enorgueillir de très belles plages de sable blanc et, surtout, de l’un des centres de plongée sous-marine les plus courus de Cuba.
Valle de Viñales
Viñales
Le petit village de Viñales est une charmante communauté. La Calle Salvador Cisneros constitue la seule rue principale qui traverse Viñales et son petit Parque Martí. En y observant la suite d’anciennes maisons modestes datant de l’époque coloniale et du début du XXe siècle, on a l’impression que le temps y est demeuré suspendu, laissant la ville comme elle l’a toujours été depuis l’arrivée de ses premiers colons téméraires.
Le Valle de Viñales possède la formation géologique la plus ancienne de Cuba. On y trouve ainsi de nombreux fossiles datant de la période jurassique ainsi que des coquillages pétrifiés. Fait unique, les palmiers-lièges, portant le nom scientifique de Mycrocyca calocoma, constituent de véritables fossiles vivants.
Ce qui attirera par-dessus tout votre attention, ce sont les mogotes, ces montagnes de calcaire qui ont jailli abruptement de cette vallée qui s’étend sur près de 25 km. On raconte que le célèbre poète espagnol García Lorca aurait dit que «à l’aube, les mogotes sont comme des éléphants à la queue leu leu». La formation de ces montagnes s’explique par la présence d’un plateau il y a environ 160 millions d’années. Les habitants du village de Viñales, eux, l’expliquent simplement en disant qu’il s’agit d’un caprice de la nature. Chaque mogote a des caractéristiques qui lui sont propres, et leurs différentes couleurs auraient été composées par les coquillages fossilisés qu’ils abritent.
Une promenade dans la Calle Salvador Cisneros, dans le village de Viñales, vous mènera jusqu’au Parque Martí, une charmante petite place publique coloniale où la Casa de la Cultura organise des activités culturelles communautaires. Deux ou trois rues au nord de la Calle Salvador Cisneros, vous pourrez dire au revoir à l’asphalte et bienvenue à un petit chemin de terre qui conduit directement aux montagnes spectaculaires du Valle de Viñales!
Au nord de Viñales
La route quitte Viñales vers le nord et aboutit aux principaux lieux d’attraction touristique traditionnels de la région. Malheureusement, plusieurs des sites mentionnés plus bas étant très fréquentés par les cars et les groupes, la beauté des lieux a quelque peu été entachée par l’industrie touristique en pleine expansion. Sur votre chemin, vous pouvez éviter les Cuevas de Viñales, de petites grottes qui ont été transformées en bar et en discothèque. Cependant, le tout n’est pas dénué d’intérêt si vous vous y arrêtez pour vous rafraîchir quelques minutes. Plus spectaculaire, la Cueva del Indio est formée d’un réseau de galeries souterraines naturelles de 4 km. On y fait une visite d’une quinzaine de minutes sur une rivière souterraine, El Abra del Ancón, à bord d’une chaloupe motorisée naviguant sur une distance d’environ 700 m. Depuis 1920, plusieurs fouilles archéologiques ont dévoilé des sculptures datant de 3 000 à 4 000 ans. On dit aussi que ces grottes servirent de refuge aux Guanahatabeys après la conquête du territoire par les Espagnols.
Au bout de cette route qui monte vers le nord se trouve le charmant hameau de Puerto Esperanza. Petit village de pêcheurs très agréable, il permet de quitter un peu les cohortes de touristes de Viñales. L’endroit séduit complètement par son côté désinvolte. Il est possible de se baigner à partir d’un long quai aménagé devant le parc situé au bout de la rue principale. Près du quai, laissez-vous tenter par des jus de fruits frais pour quelques centavos.
À l’ouest de Viñales
Peut-être la plus belle route de toute la région, la route qui va de Viñales à Minas de Matahambre traverse des paysages singuliers. Elle passe par le mogote Dos Hermanas, sur les flancs duquel une murale représente l’évolution de l’homme. Intitulée le Mural de la Prehistoria, cette fresque impressionne par ses dimensions plus grandes que nature. Peinte par un élève du célèbre muraliste mexicain Diego Rivera, le Cubain Leovigildo González, l’œuvre fut commandée par Fidel Castro. Cet endroit est l’arrêt obligé de nombreux cars touristiques le midi pendant la haute saison. Si vous voulez profiter pleinement de la tranquillité des lieux, il est conseillé d’y arriver tôt le matin.
À l’est de Viñales
Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire contemporaine, il peut être souhaitable de visiter Las Cuevas de Las Portales. C’est dans cette grotte que Che Guevara installa son quartier général lors de la crise des missiles d’octobre 1962. Durant 45 jours, il s’y retrancha, attendant l’attaque imminente des États-Unis, et l’on peut voir de nombreux indices de son passage. L’endroit est superbe avec sa rivière glissant à travers les galeries souterraines, ses nombreux oiseaux et sa végétation luxuriante.
RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
Formalités d’entrée
Pour entrer au pays, il est nécessaire d’avoir en sa possession une carte de tourisme (tarjeta de turista). Au Canada, la carte de tourisme est fournie gratuitement avec tout forfait; autrement il vous faudra payer la carte de tourisme 24$CA. La réglementation cubaine exige que vous ayez réservé au moins deux nuits d’hôtel. Sinon, les officiers de l’immigration peuvent retarder votre entrée, voire vous imposer l’hôtel de leur choix, peu importe son prix. Pour éviter ces désagréments, si vous n’avez pas déjà de réservation d’hôtel ou que vous logiez dans une famille, inscrivez sur la carte de tourisme le nom d’un hôtel connu. Cela vous évitera des ennuis.
Passeport et Visa
Pour entrer à Cuba, les voyageurs canadiens, français, belges et suisses doivent avoir en leur possession un passeport valide pour toute la durée du séjour. Les touristes de ces nationalités n’ont pas besoin de visa pour entrer à Cuba.
Taxe de départ
Une taxe de départ de 25$ doit être versée par toute personne quittant Cuba. Le paiement de cette taxe s’effectue avant de partir de l’aéroport. Veillez à disposer de cette somme en argent comptant, car les cartes de crédit ne sont pas acceptées pour cette transaction.
Pour de plus amples renseignements:
Office de tourisme de Cuba à Montréal
2075 rue University, bureau 460
Tél : (514) 875-8004 ou 875-8005
Fax : (514) 875-8006
www.gocuba.ca
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site