Voyages hors des sentiers battus

lundi 26 décembre 2011

Posted by . In | No comments
floride - Sanibel, paradis estival
Sun Media
Les grèves de Sanibel regorgent de coquillages, ce qui fait le bonheur de ceux qui les collectionnent.
La Floride l’été? Pour faire changement du Maine ou du Nouveau-Brunswick? Pour se baigner dans la mer chaude? Pour la vie tropicale? Toutes ces raisons sont bonnes. Surtout si c’est dans une Floride qui n’a rien de l’image que l’on se fait habituellement de cette partie des États-Unis.

Sur la côte ouest de la Floride, dans le golfe du Mexique, se cache une île couverte de verdure où les habitants ont refusé de céder aux pressions du développement économique sauvage. Ceux-ci ont établi des règles strictes: les hôtels ne peuvent pas dépasser trois étages, la construction est interdite sur la moitié de la superficie de l’île et les chaînes de fast-food sont bannies.

L’île est joliment appelée Sanibel, une déformation de Santa Isabella, le nom que les premiers explorateurs espagnols lui donnèrent. Mais, mieux encore, elle est ceinturée par de longues plages de sable pâle remplies de coquillages.

En hiver, c’est une destination prisée des riches New-yorkais. Conséquence: des prix élevés pour y séjourner et une folle affluence. Mais l’été, c’est une autre histoire. Une histoire beaucoup plus relaxante à tous les points de vue.
Du vert, partout du vert. C’est l’impression qui s’incruste en soi lorsqu’on arrive pour la première fois dans l’île, après avoir traversé le long pont haut et étroit qui y mène depuis Fort Myers. Les habitations disparaissent sous la végétation tropicale et c’est à peine si on voit les enseignes des commerces.

Cadence paisible

Le rythme ralentit aussi. Même que la circulation automobile avance à pas de tortue. Pas question de franchir la limite de vitesse de 30 miles à l’heure. De toute façon, la police veille. S’il fallait écraser un animal qui traverse la route! Des panneaux rappellent constamment qu’à Sanibel, la faune est précieuse. À chacun ses obsessions. Vaut mieux celle-là que les excès inverses. Après tout, on est en vacances.

Et puis, priorité aux vélos. Sanibel compte 40 kilomètres de pistes cyclables qui ne partagent pas la route avec les voitures. Mais, quand le chemin des bicyclettes croise celui des automobiles, les vacanciers à deux roues ont préséance sur ceux à quatre roues; et cette obligation est respectée à la lettre. En tant qu’habitant d’une grande ville, on reste toujours surpris de constater une telle courtoisie chez les automobilistes. Résultat: la pratique du vélo y est sans danger. Voilà qui est rassurant si on est accompagné de jeunes enfants.

Évidemment, il fait chaud. Mais c’est une moiteur tropicale à laquelle on finit par s’habituer. À l’intérieur, ce n’est pas la climatisation qui manque en Floride au cours de l’été. Parfois, c’est même trop. N’empêche que la chaleur fait quand même fuir les foules qui s’y pressent lors de la saison froide.

Pour Sanibel, l’été est donc la basse saison. Dans ce contexte, les prix des chambres d’hôtel, des condos et des maisons à louer deviennent abordables. À titre d’exemple, en été, on peut louer un joli condo de deux chambres dans un complexe avec piscine et près de la mer à compter de 700 $ US par semaine. En hiver, le même appartement se loue 2000 $ US par semaine. (Voir ci-dessous pour des liens vers les principales agences de location de l’île.)

La «courbette de Sanibel»

À Sanibel, la vie s’écoule lentement. Les grandes journées à la plage sont de mise avec une météo qui, la majorité du temps, est coopérative. Pour se distraire, on peut se laisser tenter par la cueillette des coquillages. Une véritable obsession chez certains estivants. Il faut les voir le dos penché parcourant la plage à la recherche de la rare coquille. On appelle ça la «courbette de Sanibel».

En fait, l’île est renommée à ce chapitre. On la considère comme l’un des meilleurs endroits au monde pour la récolte de coquillage. On dénombre sur ses grèves plus de 200 variétés, dont la très rare et la très recherchée volute de Junon (Junonia, anglais). En trouver une fera de vous une célébrité, puisque le Island Reporter (le journal local) publiera votre photo dans ses pages.

La faune naturelle

Autre attrait naturel de l’île: la réserve faunique J.R. «Ding» Darling, réputée pour les oiseaux des zones côtières qu’on peut y observer. Les plus beaux sont sans conteste les spatules rosées, dont la couleur vive est spectaculaire. Règnent aussi dans le parc, les alligators, qu’il faut traiter avec respect. On y offre aussi des excursions instructives en kayak dans la mangrove (là où les alligators sont absents parce qu’ils ne vivent pas en eau salée). Mais Sanibel n’est quand même pas coupée du monde. De l’autre côté du pont, on retrouve la Floride des centres commerciaux et des restaurants de toutes les bannières. Miami et Tampa sont à trois heures de route.

Toutes les remarques et les observations de ce texte s’appliquent aussi à l’automne, la chaleur intense en moins. Les Américains appellent cette période de l’année: «Florida’s best kept secret», le secret le mieux gardé de la Floride. En réalité, Sanibel est aussi un des plus beaux secrets de la Floride.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site