Voyages hors des sentiers battus

mercredi 28 décembre 2011

Posted by . In | No comments
Zimbabwe - Survol des chutes Victoria, Zimbabwe
Chutes Victoria
Tant qu’à vous rendre au Zimbabwe pour y voir les chutes Victoria, prévoyez débourser une centaine de dollars pour y effectuer un survol en hélicoptère. Autrement, il est impossible d’en réaliser l’ampleur et d’en apprécier toute la beauté. Contrairement à d’autres grandes chutes comme celles de Niagara, par exemple, les chutes Victoria n’offrent aucun recul, du fait qu’il s’agit d’une faille dans la croûte terrestre.
Une faille unique au monde, cependant, qui s’étend sur 1 700 mètres et s’élève sur 128 mètres. Et qui impressionne, évidemment.
On ne peut s’en étonner, les millions de tonnes d’eau déversées dans le vide forment un nuage de brume quasi permanent. D’où la difficulté, d’ailleurs, de prendre des photos claires…
Un petit voyage dans les airs s’impose donc. Pour une centaine de dollars américains, quelques compagnies offrent au centre-ville de Victoria Falls des tours d’hélicoptère de 15 minutes. Il vous en coûtera environ 180$ US pour 30 minutes, mais un quart d’heure suffit.
Le milieu de l’après-midi est un bon moment pour aller voir les chutes de haut car le nuage de brume est généralement moins dense. Amateurs d’arc-en-ciel, renseignez-vous sur les meilleurs moments pour en voir.
Les chutes Victoria peuvent également être admirées du pays voisin, la Namibie. Vous devrez payer une vingtaine de dollars américains pour traverser la frontière, mais vous aurez ainsi un point de vue différent sur ce site qui fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco.
Girafes de bois
À quelques minutes des chutes, le centre-ville de Victoria Falls propose une panoplie d’activités pour compléter la journée.
Le marché public est sans doute le meilleur endroit de l’Afrique australe pour acheter des souvenirs de bonne qualité à bon prix. Les girafes de bois sont particulièrement prisées des touristes.
Pour faire des achats, il n’est pas conseillé de convertir ses dollars américains en monnaie locale (le dollar zimbabwéen) car personne n’en veut, ou presque.
Dans l’ordre, les artisans préfèrent le dollar américain, le rand d’Afrique du Sud et l’euro. Les devises des pays avoisinants étaient également convoitées. Seuls les hôtels et les restaurants bien établis ont accepté nos centaines de milliers de dollars zimbabwéens qui ne valaient, finalement, que quelques dollars.
Si vous souhaitez vous débarrasser de certains biens (t-shirts, crayons, chaussettes, piles, bouteilles d’eau vides), vous pourrez facilement les échanger contre des biens en vente au marché. Ou faire des heureux parmi les enfants qui quêtent.
Sensations fortes
Une fois les achats complétés, pourquoi ne pas réserver sa place pour une journée de rafting? Quelques compagnies proposent aux amateurs de sensations (très) fortes quelques heures de descente dans les gorges de la rivière Zambezi. Le bungee et le parachute sont également disponibles.


Côté hébergement, quelques hôtels luxueux et exagérément chers, qui contrastent nettement avec la pauvreté du pays, accueillent les visiteurs. L’un d’eux possède même un casino! Préférez les bed & breakfast, beaucoup plus abordables.
En ville, on compte quelques restaurants où la nourriture est correcte, mais sans plus. Une petite visite au supermarché du coin vous fait voir que les chefs cuisiniers sont extrêmement limités. On y trouve très peu de fruits et légumes frais. C’est à peine si l’endroit est éclairé, tellement c’est pauvre.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site