Voyages hors des sentiers battus

dimanche 1 janvier 2012

Posted by . In | No comments
nicaragua - Les multiples visages du Nicaragua
Le Nicaragua est une véritable mosaïque d’histoire, d’émotions et de beautés naturelles.

Forêts tropicales, plages désertes, nombreux lacs et volcans, bref, les amants de luxuriante nature et de biodiversité trouveront facilement leur bonheur au Nicaragua. Les voyageurs qui apprécient les rencontres avec l’autre seront sensibles à l’hospitalité et à la poésie des Nicaraguayens. Quant aux amateurs d’histoire, c’est dans les villes et les villages du pays qu’ils rencontreront les témoins d’un passé méconnu.

SURVOL GÉOGRAPHIQUE

Avec une superficie de près de 130 000 km2, la República de Nicaragua est le plus grand pays d’Amérique centrale. À l’ouest, les berges sont submergées par l’océan Pacifique, tandis que les vagues de la mer des Caraïbes viennent s’entrechoquer à l’est du pays, pour éventuellement échouer dans l’océan Atlantique. Le Nicaragua possède trois régions géographiques très distinctes, pourvues de sommets volcaniques, de lacs de la région du Pacifique s’étendant jusqu’au pied des montagnes et des collines de la région centrale qui, à leur tour, cèdent la place à la densité des basses terres tropicales des régions des Caraïbes ou Atlantique.

ATTRAITS
Le Nicaragua colonial
Fondé par les conquistadors il y a bientôt cinq siècles, le Nicaragua a hérité de son passé colonial plusieurs splendides édifices évoquant la grandeur du royaume espagnol à son apogée. Bien que beaucoup de villes aient eu à souffrir des éruptions volcaniques et des séismes, quelques-unes conservent des joyaux du temps jadis.
Plus que toute autre, Granada, fondée en 1524, forme un véritable écrin comme figé dans le temps. Cernant le Parque Central où attendent les calèches, les palais à arcades joliment restaurés semblent se prosterner au pied de la grande cathédrale aux murs safran. L’histoire s’est écoulée derrière ces murs, où vécurent frère Bartolomé de Las Casas et même l’aventurier américain William Walker, colon d’un nouveau genre intronisé président par la force des armes au XIXe siècle. Le despote fit sien jusqu’au merveilleux couvent de San Francisco, à la façade bleu azur.

León, l’éternelle rivale, fondée la même année que Granada, a elle aussi conservé des traces de son passé colonial. Sa cathédrale est de loin la plus vaste de toute l’Amérique centrale. Fait inhabituel, on peut grimper sur ses toits pour s’offrir un panorama incomparable à la fois sur les structures en dôme, le centre-ville et les volcans alentour. Les églises sont légion en ville, mais aucune n’est aussi impressionnante que l’Iglesia de la Recolección: la façade, parfaitement restaurée, s’orne de colonnes torsadées et de médaillons naïfs évoquant des scènes bibliques.

Tout au nord du pays, loin des regards, Ciudad Antigua conserve la plus vieille église du pays: elle remonte à 1654 et fut rebâtie après le sac de la ville par les pirates d’Henry Morgan.

Le Nicaragua des volcans
Situé sur la ceinture de feu du Pacifique, dans une région propre aux séismes et aux éruptions régulières, le Nicaragua compte pas moins d’une quarantaine de volcans, dont neuf sont actifs.

Le Masaya, où les Espagnols tentèrent de remonter la lave en fusion, confondue avec de l’or liquide (!), est le seul volcan nicaraguayen qui soit aussi facile d’accès: on conduit jusqu’au rebord de son principal cratère, profond de près de 300 m, d’où s’échappent constamment des fumerolles. À ses pieds, la Laguna de Masaya forme un superbe lac aux eaux bleues né d’anciennes éruptions. La Laguna de Apoyo, classée en grande partie réserve naturelle, n’est pas en reste; le point de vue depuis le mirador de Catarina est incomparable.

Plus près de Granada, le Mombacho est recouvert d’une splendide forêt d’altitude sillonnée de sentiers. Sur ses pentes, le café monte à l’assaut. Lors de l’une de ses anciennes colères, le volcan aujourd’hui endormi a craché dans le Lago de Nicaragua des tombereaux de lave, donnant naissance à l’étonnant archipel des Isletas – 360 îlots à explorer en bateau ou en kayak, parfois grands comme de simples rochers, sur lesquels la végétation a pris racine.

Merveille de la nature, l’immense Lago de Nicaragua est ponctué d’une île étrange, qui s’entoure d’un certain voile de mysticisme: Ometepe, formée par deux volcans jumeaux et néanmoins différents, le Concepción, qui crache régulièrement des colonnes de cendres, et le Maderas, entièrement reconquis par la forêt.

Au nord du pays, dans la région de Matagalpa, la riche terre volcanique de la cordillère centrale a donné naissance à de vastes plantations de café. Plus près du littoral du Pacifique, une autre cordillère, celle des Marrabios, voit s’aligner la plus belle brochette de volcans du pays. Parmi eux, le Momotombo et son petit frère, le Momotombito, formant un îlot sur le Lago de Managua; le Cerro Negro, apparu il y a tout juste un siècle et demi, le plus actif de tous les volcans nicaraguayens; et le Casita, à l’origine d’une coulée de boue meurtrière en 1998. Le Cosigüina, isolé aux avant-postes du golfe de Fonseca, face au Honduras, invite à une énième randonnée.

circuit photo vietnam partez au vietnam pour les plus belles photos avec un guide francophone 
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site