Voyages hors des sentiers battus

dimanche 1 janvier 2012

Posted by . In | No comments
espagne - L'Espagne, des paysages à couper le souffle
© Journal de Montréal
Les somptueux clochers de la cathédrale Del Pilar sont visibles de partout à Saragosse.
Région du nord-est de l’Espagne, l’Aragon est reconnu pour sa gastronomie, ses spas et bains thérapeutiques ainsi que ses forteresses dans les montagnes. Incursion dans l’incroyable architecture arabe et chrétienne et la riche vie culturelle des villes de Saragosse, Belchite et Teruel.

***
Tout pour se convertir
SARAGOSSE, Espagne | Faut-il avoir la foi pour visiter cette ville de l'Aragon où des millions de pèlerins adorent chaque année la vierge Del Pilar ? Pas nécessairement puisque l'incroyable architecture arabe et chrétienne, la riche vie culturelle et la gastronomie digne des plus grands banquets auront tôt fait de vous y convertir. En fait, il faut y aller...pour y croire.
Sitôt débarqué Saragosse, on remarque un immense clocher qui déchire le ciel. En fait, qu'on soit à peu près n'importe où dans cette charmante ville de 603 000 habitants, on voit la somptueuse structure.
La cathédrale Nuestra Senora Del Pilar (Notre-Dame du Pilier), c'est son nom, sert aussi de repère puisqu'elle trône au milieu de la plaza Del Pilar, véritable salon de la ville. On a dû exproprier les résidants et déraciner les arbres pour obtenir cette immense place bétonnée.
Vénérable cathédrale
Bâtie entre 1681 et 1754, la vénérable cathédrale vient d'être fermée pendant 20 ans pour des rénovations. Depuis, quelque 5 000 pèlerins s'y engouffrent chaque jour pour toucher le pilier sur lequel serait apparue la Sainte Vierge à saint Jacques il y a 2 000 ans.
Le lieu saint est sans contredit l'un des plus forts symboles de la province d'Aragon. Comme beaucoup d'églises d'Espagne, son architecture de style mudéjar frappe l'œil. Ce genre vient de l'époque où les chrétiens construisaient sous la dominance musulmane.
Les fidèles y prient à longueur d'année, mais les fêtards y trouveront aussi leur compte en automne. Chaque année, la fête de la vierge du Pilier est célébrée le 12 octobre et donne lieu à des festivités monstres durant toute la semaine à la grandeur de la ville.
Gastronomie
Après avoir visité la place centrale et regardé avec amusement quelques statues qui «trinquent» devant le buste du célèbre peintre Goya, on a envie de se restaurer. Le plat de thon dégusté au restaurant La Bastilla est tendre et goûteux.
On repart avec plaisir pour une autre cathédrale d'importance, celle de La Seo del Salvador.
On admire les céramiques d'inspiration arabe et on remarque à quelques reprises la présence de dragons sur les fresques peintes dans les différentes chapelles de l'endroit.
Selon des échos de la place, c'est ce mythique animal qui pourrait avoir donné le nom à la province. En jouant avec le mot dragon, on aurait obtenu Aragon. On aime y croire!
Patrie de Goya

Saragosse, c'est aussi la patrie de Francisco Goya. Le peintre est né tout près, à Fuendetodos. Plusieurs de ses œuvres originales se trouvent au musée de cette ville.
On s'émerveille notamment de la facilité avec laquelle Goya donnait un air ridicule aux aristocrates qui payaient pourtant pour être peints.
Comme il ne faut plus s'étonner de la riche culture qui se dégage de Saragosse, c'est sans surprise (à peine!) qu'on découvre au coin d'une rue les vestiges d'un théâtre romain.
Les ruines n'ont été trouvées qu'en 1972 lors de travaux d'excavation. Construit sous la forme d'une oreille, pour des raisons d'acoustique, l'endroit pouvait accueillir 6 000 spectateurs. Bien que répandu largement en Italie, ce type de construction est unique en Espagne.
Véritable palace
Et tant qu'à s'ébahir devant l'architecture du coin, pourquoi ne pas aller visiter le château-palace de l'Aljafería, imposant avec ses immenses tours fortifiées.
La beauté des jardins intérieurs est à couper le souffle. On voulait à l'époque créer un véritable paradis terrestre. Les orangers qui trônent près de réservoirs remplis d'eau représentent bien ce désir d'assouvir le besoin de manger et boire.
Voilà quelques-uns des principaux charmes que dévoile Saragosse le jour. La nuit tombée, on mangera et boira entre amis ou en famille dans cette ville qui sait charmer les palais.
On terminera la journée autour de bons vins - pour lesquels la province de l'Aragon est réputée - ou au mignon casino de l'hôtel Palafox pour les plus audacieux.


Les ruines et… le jambon fumé
© Journal de Montréal
L'une des quatre tours de Teruel qui offrent une vue imprenable de l'endroit.
TERUEL, Espagne | Ça vaut la peine de s'y déplacer uniquement pour la finesse de son incomparable jambon fumé. Mais si vous partez sitôt rasasiés, vous manquerez l'imprenable vue de la ville du haut de ses tours et la magie amoureuse qui ensorcelle l'endroit. Bien des touristes, qu'ils soient gourmets ou curieux, ont l'habitude de se rendre à Teruel après avoir visité Saragosse. Bon choix! Mais avant, quitte à faire un petit détour, un arrêt s'impose à Belchite, cité de ruines qui demeure mystérieuse même sous un soleil de plomb.
On y arrive après avoir traversé 50 kilomètres de plaines semi désertiques où des oliviers touffus semblent avoir été éparpillés par-ci, par là. Et même si on ne sent pas le vent, des dizaines d'éoliennes tournent inlassablement à l'horizon.
La ville de Belchite fut détruite lors de la guerre civile espagnole en 1937,mais beaucoup de vestiges mudéjars y sont encore bien visibles. Avec un seul de ses clochers qui a résisté aux assauts, le couvent de Saint-Augustin vaut notamment le coup d'œil.
Maison de Goya
Si le jambon de Teruel ne vous fait pas trop saliver, prenez le temps de vous arrêter quelques heures à Fuendetodos, où Goya est né. Sa maison, qui renferme quelques bijoux de fresques, vaut une petite visite. Les gravures sont également saisissantes. Leur caractère noir et souvent barbare témoigne de l'état de tourment de l'artiste.
On met finalement le cap sur Teruel, impatients à l'idée de goûter ce fameux jambon qui fait la renommée de cette bourgade construite sur une colline. Quelque 33 000 personnes y demeurent et elles vous sourient quand vous leur demandez où se procurer la fameuse viande.
En parlant avec les gens de la place, on apprend que chaque kilo de jambon passe une journée dans une chambre de «salage». On le laisse ensuite sécher près de trois mois, avant de le vendre un peu partout à travers le monde.
Avis aux amateurs : cette viande, dont le goût s'apparente à du prosciutto de grande qualité, s'accompagne à merveille de vins rouges corsés dont l'Aragon a le secret.
Dépense d’énergie
Une fois qu'on est bien remplis, c'est le temps de dépenser notre énergie. Par chance, quatre magnifiques tours d'inspiration néomudéjar s'offrent à nous.
Déclarées Patrimoine mondial par l'Unesco, elles ont en moyenne 125 marches. Que ce soit celle de la Cathédrale, de San Pedro, de San Salvador ou de San Martin, elles permettent toutes d'avoir une vue incroyable de Teruel qui, à l'instar de la plupart des villes de l'Aragon, est en véritable chantier à l'approche de l'Expo universelle de Saragosse
L'odeur de l’amour
Il y a dans l'air de cette petite municipalité une odeur particulière. Les plus rationnels vous diront qu'il n'en est rien, mais les romantiques dans l'âme vous parleront de cette atmosphère romanesque propre à la région.
C'est qu'il y a là-bas une légende presque aussi connue que celle de Roméo et Juliette. L'histoire veut que Diego de Marcilla et Isabel de Segura se soient aimés toute leur jeunesse sans parvenir à se réunir.
Le père d'Isabel exigeait en effet que le jeune homme se fasse une fortune avant d'épouser sa fille. Un délai de cinq ans fut fixé, durant lequel la femme devait patiemment attendre l'élu de son coeur.
Diego ne revenant pas et la fin du délai prévu approchant, Isabel céda aux pressions de son père et épousa quelqu'un d'autre.
Le jour même, le jeune homme revint, mais il mourut de peine lorsque sa promise lui refusa un baiser parce que déjà mariée. Isabel se rendit le lendemain à l'enterrement et embrassa son défunt amant. Elle mourut elle aussi instantanément.
Encore aujourd'hui, Teruel est le Mausolée des Amants, sculpté par Juan de Ávalos et financé par des dons d'amoureux de toute l'Espagne.
La puissance de la passion de ces deux jeunes gens serait si forte que le simple fait d'écrire un mot à l'être aimé et de l'apposer près du mausolée assure la pérennité de votre couple. C'est ce qu'on raconte...


Gastronomie de chef
Le visiteur qui débarque dans cette province est inévitablement surpris par la qualité de la gastronomie de la place. Les repas sont copieux, et les plats sont nombreux.
On mange beaucoup de poissons, le thon et le turbot étant deux spécialités de l'endroit. L'agneau et le jambon - évidemment - tiennent également une place de choix.
Dans la plupart des restaurants, on vous servira deux, trois et même quatre entrées. Tartare de saumon, sardine en crème, laitues et légumes de saison, la majorité des palais seront comblés. Pour les plus petits appétits, les tapas sont un must.
Et que dire des vins, tous d'appellation d'origine contrôlée! On y a notamment bu d'excellents rouges de Campo de Borja.


Un événement grandiose
© Journal de Montréal
Saragosse accueille l'Exposition internationale l'été prochain. Ci-dessus, le Tour de l'Eau, l'un des pavillons les plus en vue.
SARAGOSSE, Espagne | Malgré ses attraits incomparables, la ville située à quelques centaines de kilomètres des Pyrénées est encore méconnue. Mais pas pour longtemps...puisque la prochaine Exposition internationale s'y tiendra dans quelques mois. Lorsqu'on discute avec Jeronimo Blasco, on devine tout de suite que l'homme n'a pas de temps à perdre.
Directeur des opérations et du contenu de l'Exposition internationale qui se tiendra à Saragosse l'été prochain, il sent que le temps lui échappe.
«Ça va très vite, dit-il avec le sourire. Déjà, il ne reste que sept mois avant que ça ne commence.»
Le 14 juin prochain, la ville aragonaise recevra plus de 100 pays sur un même site. Les travaux de construction, s'ils sont bien amorcés, sont loin d'être terminés.
M. Blasco se veut toutefois rassurant : les préparatifs de l'événement, qui coûtent 2 milliards de dollars, seront terminés à temps.
Céline et le cirque
Au-delà de ces délais, le directeur est très fier d'avoir pu convaincre Céline Dion et le Cirque du Soleil de participer à ces festivités qui dureront trois mois.
«Le Cirque a les meilleurs artistes du monde pour les parades, et Céline Dion est une chanteuse plus qu'exceptionnelle», affirme-t-il.
L'homme est moins heureux de rappeler que le Canada n'aura pas de pavillon à l'Expo l'été prochain. «Officiellement, il n'a pas accepté notre invitation», dit-il, déçu.
À Saragosse, le bruit court que le gouvernement de Paul Martin avait manifesté très tôt son intérêt mais que l'arrivée des conservateurs au pouvoir a changé les plans.
Sans surprise, les États-Unis n'y seront pas non plus.
Événement grandiose
Une petite visite du chantier du site qui accueillera l'Expo laisse présager un événement grandiose. Tous les pays présents adhèrent au thème de l'eau et du développement durable.
Phản ứng:

0 nhận xét:

Enregistrer un commentaire

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site