Voyages hors des sentiers battus

mercredi 4 avril 2012

Posted by . In , ,

Voyage au Vietnam avec les nuits chez l'habitant : Mai Chau, un lys dans la vallée

L’endroit n’a rien de spécial en soi, mais tout Mai Chau est entouré de petits hameaux peuplés de Thais Blancs.  Le plus grand s’appelle Pom Coong, avec des maisons en bois et sur pilotis, entre rizières et douces collines. Pas très loin de Pom Coong, un autre village encore très préservé du tourisme, avec des buffles noirs et brillants qui sillonnent ses rues. C’est un village plein de jardins potagers et de gens souriants marchant lentement.  Il n’y a pas d’hôtels à Mai Chau. On y passe la nuit chez les habitants, qui offrent des repas assis autour d’un grand poteau. C'est charge d'emotion d'un voyage hors sentiers battus au Vietnam . Outre les plats traditionnels, on aura l’occasion de goûter l’alcool de riz contenu dans de petites jarres. Des spectacles de danse du soir suivent le dîner, spectacles simples mais particulièrement amusants.

On n’a pas besoin de réveil pour se lever tôt le matin. Les chants de coq et les cris des cochons affamant annoncent le lever du soleil. L’heure est venue de faire des promenades à pied à travers le village, aller à la rencontre des habitants dont le mode de vie n’a rien à voir avec celui des citoyens de l’industrialisation que nous sommes.



« Quand on dort dans un des villages du coin, on est installé dans une maison traditionnelle sur pilotis, faite de teck et de bambous. L’espace pour vivre/dormir/ manger/danser est long et vaste, et des moustiquaires compartimentent la pièce pour la nuit. Pendant notre première soirée là-bas, les occupants de la maison d’à côté avaient organisé une danse, nous nous sommes bien sûr joints à la fête. Au moment où nous avons passé la tête par la porte, nous avons été accueillis par des cris de " bienvenue ! Asseyez-vous ! Merci de vous joindre à nous ! "


A la fin, on nous a invité à danser avec les danseuses traditionnelles et les villageois, et bien sur à abuser de l’alcool local, le Ruou Can, une sorte de vin de riz mariné aux herbes. C’est tellement concentré qu’il faut y ajouter de l’eau ! Quand tout est bien macéré, tout le monde s’assoit en rond et tète aux pailles de bambous communautaires qui sortent du pot comme des tiges de fleurs»

Phản ứng:

Bookmark Us

Delicious Digg Facebook Favorites More Stumbleupon Twitter

Search Our Site